Biographie

La photographie, le dessin et l’écriture ont toujours étayé mon parcours de vie.

A l’âge de quatorze ans environ ma réalité s’est fracturée en morceaux épars. C’est par cette béance qu’un « hasard » photographique surréaliste a surgi dans ma vie.

Une première exposition photographique au château de Villefranche d’Allier m’a encouragé à franchir la porte des galeries d’art.

J’ai participé à des expositions à Grenoble, Paris, Vaucresson, Tokyo et Kyoto.

Je peignais, dessinais, photo-collais, photographiais toujours dans une recherche d’union des médiums, dans le secret espoir d’atteindre les rives d’un langage permettant d’embrasser, dans un même objet, la complexité de mon rapport au monde.

Vers le surréalisme

Je suis engagé dans une ascèse initiatique. Elle m’a permis de construire mon écriture plastique surréaliste grâce au symbolisme et à la philosophie.

La photographie m’a permis de redessiner mon rapport au monde.

J’ai étudié l’histoire plastique de la photographie en bibliothèque et celle de son évolution technique en assistant Francois Boisjoly, photographe, historien de la photographie et créateur du musée de la photographie de St Bonnet de Mure.

Avec ma camera obscura povera, je photographie les éléments de surréalité que je croise au fil de ma vie quotidienne.

Premiers happening

Dans le cadre de mes recherches symboliques, j’ai présenté deux travaux. Le premier alliait la photographie, le dessin, le happening et le conte, reliés dans un album photo 19°. Le second mariait photographie, le photomontage et la poésie dans une projection-lecture. Il est à l’origine de l’installation présentée devant le jury de l’Ecole Nationale Supérieure de Photographie d’Arles.

La dualité réunie

J’ai publié deux sites web: www.lesyeuxducyclope.fr présentant une synthèse de mes recherches plasticiennes et www.stephanechauvet.fr présentant uniquement mes travaux photographiques documentaires et de reportage.

La révélation

J’ai été diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles avec les félicitations du jury en présentant « Le testament de Narcisse ».

Stefan von Nemau