LES YEUX DU CYCLOPE

Art royal, Unheimlich, surréalisme, psychanalyse et symbolisme :

Stefan von Nemau nous emmène par la porte de « l’inquiétante étrangeté »

au cœur de la voie initiatique

Du cœur du royaume de l’Antremonde, par delà le miroir de l’Unheimlich, cette inquiétante étrangeté, Stefan von Nemau explore le Rêve initiatique et son surgissement dans l’altérité du Réel.

Grâce aux murmures de l’insaisissable, il explore les chemins de l’alchimie, du symbolisme et du surréalisme. Ainsi il nous invite au voyage intime et poétique de la quête de soi et de la parole perdue.

Dans cet espace d’exposition, et prochainement de vente, vous trouverez ses récits photoplastiques surréalistes, ses photographies, dessins, objets et certains de ses écrits marqueurs de son univers.

Focus

Interview de Stefan von Nemau par Maroussia Chanut, artiste plasticienne, dans son émission ART-O-MATIC, diffusée sur Radio ST FERREOL (30 min)

Editorial

Cher visiteur du soir…

C’est en mon nom propre que je m’adresse ici au creux de ton regard. Je ne parlerai pas au nom d’une chapelle particulière, je n’en ai aucune légitimité. Nos ailes de vent sont faites du fil de soi(e) de nos chrysalides écloses. Il appartient à chacun de tresser le fil de trame de son Rêve afin de le tisser avec le fil de chaîne de ses actions. Ce coutil devient la voile de nos vies dont nous sommes l’esquif. Ainsi nous voguons, seuls, sur l’immensité moirée recouvrant l’abîme. Si, tendue par le vent, cette précieuse soi(e) est source d’espoirs, c’est du cap inspiré par les étoiles que naît l’Espérance. Dans le sillage de nos nefs fragiles seules subsistent les traces éphémères de notre chemin. Ainsi je parle en mon seul nom éphémère et surréel.

Ici, je défends l’Art des explorateurs qui ont franchi le Rubicon de la beauté apparente vers les contrées hasardeuses et dangereuses d’une surréalité toujours en mouvement au cœur de nos réalités subjectives ; l’Art de ceux toujours en quête des nuances qu’offrent le paradoxe, l’oxymore et le point virgule ; l’Art de la Verticalité ascensionnelle de la chute ; celui de ceux qui plongent dans l’inconnu en quête d’un Un-connu à s’en brûler les ailes dans la vapeur des cor(ps)nu(e)s ; l’Art de ceux qui préfèrent le risque de la mort de l’âme à celui de la mort dans l’âme ; l’Art des sur-vivants s’enivrant à pleines gorgées de l’élixir volatil de la part des anges.

De ce Chaos émergera l’Espoir de la Beauté du Sublime, révélation de la Lumière créatrice, celle que les Ténèbres n’ont pu arrêter.

Stefan von Nemau