La camera obscura

La porte étroite
The wizard of « Ose »

Très cher Visiteur du soir

Je vais traiter ici de la Lumière que les ténèbres n’ont pas arrêtée. Je vais aborder ce thème qui m’est cher par mon métier, mes passions et mes quêtes en vous parlant de l’outil le plus simple qui me permet d’en conserver l’image : la caméra obscura.

La Lumière

Quelle pureté que la Lumière, quelle richesse ! Elle est chaleur, énergie, un outil, poésie… Elle permet la Vie et ses Mystères… Elle défie le Temps…

On dit d’elle qu’elle est vérité, langage, but, mystique, initiatique…

Parfois elle est noire, parfois elle est blanche, trop près des yeux elle aveugle, trop loin ils ne peuvent la percevoir…

Parfois elle révèle, parfois elle sauve, parfois elle nous illusionne…

À chaque étape de cette odyssée mes yeux s’affinent un peu plus et peuvent saisir les nuances enfermées dans le Débir de l’Antremonde.

Le paradoxe lumineux

Physiquement, la Lumière est un ensemble de faisceaux d’ondes composé de photons toujours en mouvements. Son spectre s’étend de l’invisible à l’invisible. En photographie il est nécessaire de la mesurer pour en matérialiser l’image.

Il y a deux manières de procéder :

  • La mesure incidente : le posemètre est placé face à la source de lumière. Ainsi il mesure la quantité de lumière qu’elle transmet.
  • La mesure réfléchie : la cellule est tournée vers le sujet photographié ainsi elle mesure la quantité de lumière qu’il réfléchit.

Ainsi la lumière doit être soit vue à sa source, soit être réfléchie par un objet, afin d’être perçue. De plus, c’est grâce à ses différences que la lumière est perceptible.

D’une source à l’autre

Suivons le trajet de la lumière dans notre corps maintenant.

Elle se projette au fond de l’œil. Lors de son passage à travers la cornée l’image projetée au fond de l’œil est inversée. L’œil transforme cette perception en influx nerveux. Il est reçu par le cerveau qui va redresser le tout et interpréter ces informations afin de leur donner un sens en fonction des données de comparaison qu’il a emmagasiné.

On peut en déduire que l’homme ne voit pas la lumière, il en interprète seulement ses effets à l’ombre de son expérience.

Ma vie m’a enseigné que la Lumière Initiatique était souvent assimilée à la Vérité mais comportait aussi sa part d’ombre : le Mensonge. Malgré son apparente clarté, la lumière peut être noire et conduire à la manipulation, l’attachement, la haine, la colère, la peur et l’abandon. Une simple lueur dans la nuit peut rassurer et apaiser les rêves et pleurs d’un enfant. Le flambeau de la Foi et de l’Espérance en l’Amour ne doit jamais être sacrifié sur l’autel du bonheur à moindre coût.

Il est essentiel d’admettre que la vision du formel n’existe que parce qu’il est éclairé par la lumière et son ombre. C’est cette différence de perception, entre l’ombre et la lumière, qui permet d’écrire une image dont le sens dépend là aussi toujours du point de vue d’où on l’observe.

Enfin, en tant que Voyageur et selon le prologue de l’évangile de Jean :

Au commencement était le Logos, la parole de Dieu, et le Logos était auprès de Dieu, et le logos était Dieu …/… En Lui était la Vie et la Vie était la Lumière des hommes; la Lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée …/…

Ainsi l’image s’écrit grâce à la Lumière tirée de notre Chaos, notre béance originelle.

Le téméraire qui ose regarder le soleil sans ombre devient aveugle, et alors pour lui, le soleil est noir .

Inspiré d’une citation d’Eliphas Lévi reprise par André Breton dans Arcane 17

Marcher vers l’Aletheia

Cher Visiteur du soir, si nous sommes ensemble ici et maintenant c’est que nous sommes des Voyageurs. Nous marchons vers cette Lumière, vers ce Logos, cette Vérité qui se conçoit sans jamais pouvoir être atteinte, ce concept que les grecs anciens nommaient Aletheia.

Lors de notre Voyage en Antremonde, nous effectuons diverses circumambulations qui nous amènent à la Lumière après un parcours initiatique dont un des buts est d’habituer nos yeux à la clarté qui nous sera dévoilée.

Le processus alchimique advient naturellement. Le Voyageur chemine afin de reconstituer son unité originelle, l’Adam Kadmon de la Kabbale. Il progresse dans l’espoir de passer de l’état de glaise à l’état de prisme pur afin de révéler la diversité des couleurs contenues dans la Lumière ainsi réunifiée.

De trace nul ne laisse (extrait) - 7 ex - Encres pigmentaires - 30 x 90 cm
De trace nul ne laisse

Le Logos pour oublier l’oubli

De tous temps les hommes ont cherchés à reproduire ce qu’ils percevaient. La découverte des pigments permit les premières peintures rupestres. Ainsi, grâce aux premiers chamans, l’histoire et l’identité des humains et leurs tribus ont pu être fixées. Puis vinrent la peinture, l’écriture, l’encre, le pinceau, l’imprimerie… pour toujours être au plus proche de la représentation du Logos.

La béance pour origine

Lorsque la lumière du jour est filtrée à travers un minuscule trou dans une pièce par ailleurs plongée dans l’obscurité totale elle projette sur la paroi opposée une image inversée. C’est avec cette description de la chambre obscure (camera obscura) que Léonard de Vinci découvre, trois siècles avant l’apparition de la première photographie, le principe optique de l’appareil photographique. Cependant, c’est un chinois, Mo Ti, qui au 5ᵉ siècle avant JC est le premier à décrire le phénomène de la projection d’image à travers un petit trou. »

Ainsi commence le livre « la photographie au sténopé » d’Eric Marais. Il continue en y associant le mythe de la caverne de Platon.

Au 15ᵉ siècle de nombreux artistes se serviront du sténopé pour reproduire fidèlement les perspectives changeant ainsi l’histoire de la représentation du réel.

Et les humains quittèrent le Moyen Âge.

La camera obscura : une Pierre noire

Une camera obscura est une boite creuse dont l’intérieur est noir. Sur une des faces est pratiqué un trou circulaire : le sténopé.

Ce trou, béance du Chaos, est fait au centre de cette face. Le diamètre de ce trou est proportionnel à la distance qui le sépare de sa face opposée, c’est la distance focale. Je rappelle que ma démonstration s’appuie sur une représentation du réel. Or, pour être fidèle au réel, la face opposée au sténopé doit être parallèle à celui-ci. L’axe vertical de cette boite devra être parallèle au sujet appréhendé. La face opposée au sténopé sera équipée d’une surface photosensible : des sels d’argent, de silicium ou vous-même. Enfin, la caméra obscura sera posée sur un pied, généralement un tripode pour être exact.

L’épreuve du Temps

Le sténopé sera ouvert pour que l’image se forme à l’intérieur de la boite. Du fait de la petitesse du sténopé, le temps de pose s’étend de plusieurs secondes à plusieurs heures selon la quantité de lumière reçue et la sensibilité du récepteur.

Un laboratoire alchimique

Une fois exposé, le film est extrait en chambre noire puis développé. L’agrandisseur va projeter le négatif révélé un papier lui aussi enduit de sels d’argents. Ce papier sera développé grâce à un révélateur, un fixateur, un acide, le tout sous une lumière inactinique rouge ou au sodium de couleur ambrée.

Le laboratoire alchimique 2

L’épreuve de la perception

Les yeux de ceux qui verront cette image transmettront à leur cerveau les informations pour qu’il puisse recevoir ce qui a été saisi.

L’épreuve de la vacuité

Cependant la photographie au sténopé ne fige pas l’image dans une apparente immobilité, elle embrasse le Temps. Vu son temps de pose très long, est net ce qui est strictement immobile selon le point de vue de l’observateur et souvent, est immobile ce qui n’est pas du domaine appelé « du vivant ».

Le sténopé révèle ainsi l’impermanence des choses : la vacuité.

Pour percevoir, les yeux ne suffisent pas

Je pense avoir fait le lien entre notre odyssée en Antremonde et la construction de notre camera obscura en expliquant le processus de développement de l’image témoin du souvenir.

On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux.

Antoine de St Exupéry

Ainsi pour « perce-voir », les yeux ne suffisent pas.

L’écrin sacré

C’est dans l’écrin sacré du corps, de l’âme et de l’esprit que naît le sens profond et spirituel de nos perceptions.

Accéder à la Connaissance

Un soir, il m’a été murmuré : « Il est amusant de constater que lors de notre Voyage on reçoit la Lumière alors qu’on la porte en nous ».

Ma vision est que cette quête d’absolu permet de réunifier la Lumière qui a été emprisonnée éparse dans le Temps et la matière.

Pour accéder à la Connaissance le Cœur se doit de pardonner, l’Esprit d’oublier et le Corps de vibrer.

Lâcher prise et accepter

L’Aletheia est un Idéal de Vérité propre à chacun et Universel. Cette Vérité, cette compréhension intuitive je l’ai d’abord refusée. Une vérité lui ressemblant, galvaudée par les passions humaines, m’avait été transmise en héritage.

Si une vérité peut-être imposée, il appartient à chacun de trouver sa Vérité intime avec l’humilité de ne jamais l’imposer comme système universel.

Si je chemine en Antremonde les yeux « grands fermés », c’est pour que ma Lumière intérieure, grâce aux « cor(p)(s)-nu(e)(s )» du Voyage Initiatique, puisse un jour se relier à la Lumière Universelle dont elle fait partie, par-delà le bien et le mal.

Une quête d’harmonie

J’ai suivi mes circonvolutions et circumambulations. Elles m’ont amené à comprendre que l’aveuglement n’est pas du fait de l’absence de Lumière puisqu’elle est aussi en moi. Ne pas « perce-voir » vient de la dysharmonie entre mes yeux (corps), mon cerveau (esprit) et mon Cœur (âme). Sans harmonie, ils ne peuvent saisir et comprendre les nuances pures et sans attache de la Vie.

Circumambulation à la recherche de la Lumière noire

Transcender l’abandon

C’est là que commence ma vraie Foi, mon Espérance.

C’est là la réponse à cette interrogation de Jésus devenant Christ :

Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Sans l’abandon du « pair » et le vide de « l’amer », pas de Liberté pour le Fils car il ne peut se transcender.

Sans cet abandon créateur de Liberté, sa Lumière réunifiée, rapportée par Saint Jean, n’aurait pas éclairé « l’Uni-vers ».

« Il » est un univers. La camera obscura est un moyen de l’explorer.

Puissent ces mots t’avoir quelque peu éclairé.

Heureux qui comme Ulysse cher Visiteur du soir…

Stefan von Nemau