La chenille se souvient-elle du papillon ?

Il était une fois une petite chenille, humble et frêle. Elle était colorée de noir, de rouge, de jaune et avec des points blancs. Elle était si frêle et si fragile que mère nature lui avait donné de longs poils urticants pour se défendre. Et, avec le temps, les doigts du ciel ne l’approchaient même plus pour la toucher.

Je ne sais si elle avait une quelconque conscience d’elle-même ou bien de sa destinée. Elle n’était qu’un insecte rampant, se nourrissant de feuilles d’arbres fraiches, de mousses ou de champignons. C’était bien là son occupation principale. Parfois, avec ses sœurs chenilles elles se réunissaient en de longues processions et elles rampaient.

Un jour, sans qu’elle sache ni pourquoi, ni comment, un fil de soie sortit de son corps. Sentit-elle alors qu’il était temps ? Que son moment arrivait ? Ou bien, ne sachant que faire de tout cela décida t’elle d’y trouver une quelconque utilité ou même un sens ?

Bref…

Elle fit ce que sait faire toute bonne chenille arrivée à son Temps : elle s’enroula dans son fil de soie. Peut-être crut-elle que cela allait la protéger ? Peut-être savait-elle ce qui allait advenir ? En attendant, ce qui devait la protéger était devenu si dense qu’elle s’y enferma sans même s’en rendre compte. Ce qui devait être un écrin était devenu cocon.

Jours après jours elle se liquéfia. Tout son être était devenu visqueux, acide, glauque, soufre et couleur de terre… Dans ce cocon devenu chrysalide, tout son être changea de forme et de raison d’être… Ses yeux s’agrandirent, ses mâchoires devinrent trompe, son dos se fendit en deux pour laisser apparaître ce qui allait devenir des ailes.

Si un curieux avait voulu observer l’intérieur du cocon, il aurait fallu qu’il coupe le fil de soie pour l’ouvrir sans attendre que l’œuvre soit achevée. Cette curiosité aurait interrompu cette miraculeuse alchimie qu’est la vie pour n’en percevoir qu’une putréfaction mortuaire éphémère.

Calfeutrée ainsi au cœur de sa soie, elle n’était plus que chaleur du soleil, humidité de la pluie, air du vent, acidité de la terre.

Lorsqu’elle sentit que le Temps était accompli son abdomen se gonfla et la chrysalide s’ouvrit laissant émerger un papillon. Il extirpa ses ailes encore molles et gluantes, son corps puis enfin sa tête de la gangue de soie qui avait jusqu’alors protégé son œuvre.

Il ouvrit ses yeux aux mille facettes et découvrit en même temps, à la grâce de ses mille regards, ce qu’il avait été : un cocon, et ce que la métamorphose avait accompli : un papillon.

Si un bon samaritain avait voulu l’aider à sortir de sa citadelle de soie il aurait brisé l’élan de sa détermination et de ses efforts. Et ce sont les efforts et la détermination qui font la force et la possibilité du vol.

Le soleil termina de la sécher doucement. Le mucus devint poudre bleue sur ses ailes irisées… Un battement… Deux…

Puis…

Il partit se nourrir aux calices des fleurs et ainsi les féconder. Se souvint-il un jour qu’il en avait dévoré les feuilles lorsqu’il avait été chenille ? Nul ne le sait. Nul ne sait même si il se souvenait avoir été chenille.

La nature des choses avait amenée la chenille au bord de son envol. Son envol fragile mais puissant, dans cette fin de vie devenue brève, tenait du miracle de la transmutation et de la nature profonde et inexplicable du Secret de la Vie. Il avait pris naissance dans le cœur d’une chenille par le don de soie transmuée pour renaître dans l’envol éphémère d’un papillon aux ailes bleues filant vers l’azur.

Stéphane Chauvet (22 septembre 2017)

Work in progress. Extrait de « Nous ne sommes pas nos souvenirs »